Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 2012 le Grand Retour

    040.jpg

    Suite à l'accord donné par Rafael Palacios, journaliste Espagnol, auteur du journal à tirage unique de 100.000 exemplaires en Espagne cette année,"el Jaque Mate" (l'échec et mat), pour diffuser ses articles librement sur Internet, je poste ici celui que je vous avais promis. A sa demande, je dois préciser qu'il s'agit d'une libre traduction.


    L'humanité face au plus haut secret : l'existence d'autres civilisations dans l'Univers


    Le savoir c'est le pouvoir. Le pouvoir de toutes les civilisations a toujours été entre les mains des élites religieuses et politiques, n'en faisant qu'une. Savoir qui nous sommes, d'où nous venons est sans aucun doute la plus grande des connaissances. Ce qui se passe dans l'espace est l'un des plus hauts secrets d'état.



    Il a toujours été dit que la plus grande partie du pouvoir de l'église provenait des fortunes léguées par des personnes aux prêtres avant de mourir en forme d'aumône, une autre façon de se repentir de leurs péchés.

    Celui qui avait le pouvoir de connaître la vie éternelle avait aussi celui de l'argent.

    Est-ce un hasard que ce soit la garde Suisse - le pays que personne ne peut attaquer et qui héberge les plus grandes fortunes - qui garde le Vatican ?

    Cette connaissance de ce qui est en haut est-elle liée au succès économique de ce qui est en bas ?

    Est-ce par hasard que le plus grand télescope du monde (le VATT) se trouve entre les mains de l'ordre des jésuites ? Et que la majorité des astronautes les plus importants soient des Francs-Maçons de haut grade ?

    Bien que ces faits soient anciens, la dissimulation, à notre époque moderne, commença en 1947, quand les médias de l'état du Nouveau Mexique (Etats-Unis) parlèrent de la chute d'une navette de technologie non humaine. Au début, la radio et le journal d'Albuquerque (région où se situe Roswell) annoncèrent qu'un objet volant d'origine non humaine était tombé dans une forêt. Quelques jours après, la version des militaires changea radicalement, et elle devint la norme à partir de là : l'objet était en fait un ballon météorologique.

    Puis naquit le Projet Livre Bleu mis en place afin de recueillir les récits officiels concernant ces entités et de mener en même temps une opération de désinformation dénommée Snowbird, et dont le but était de confondre l'opinion publique sur ce thème, par le biais du discrédit et du harcèlement des témoins. Il en fut de même sur tout le reste de la planète.

    Le groupe ayant amené cette information aux Etats-Unis s'appelait Majestic Jehova 12 (MJ-12), accompagné de forces spéciales : les Blue Teams, mieux connues sous l'appellation populaire d'hommes en noir.

    Au MJ-12, participèrent des financiers comme Nelson Rockefeller ; des scientifiques : Werner Von Braun, Edward Teller et Carl Sagan et des politiques tels que George Bush Père et Henry Kissinger.

    Durant les derniers mois, la déclassification de ce type de documents a permis la découverte d'une lettre de Walter Oppenheimer (le père de la bombe atomique),

    adressée à Albert Einstein et dans laquelle il lui faisait partager sa préoccupation sur le sujet.

    Ce qui prouve que les deux scientifiques faisaient partie de ce groupe.

    L'agent officiel de la NSA (agence d'espionnage des télécommunications), Milton William Cooper, eut accès à quelques uns des ces documents. Il décrivit, avant de mourir assassiné en octobre 2001, tout le montage juridico institutionnel soutenant cette censure : le secret d'état.

    Selon Cooper, les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, ayant eu lieu après la seconde guerre mondiale, ont perturbé et affecté l'ordre cosmique, ce qui a poussé différentes nations intergalactiques à chercher à superviser ce que faisaient les enfants Humains.

    C'est pour cela qu'en 1947, le phénomène des soucoupes volantes commença à se déployer dans la région du Nouveau Mexique, précisément aux endroits où étaient menés des essais nucléaires.

    L'extension des moyens de communication aurait pu faire que les êtres humains apprennent l'existence d'un pouvoir supérieur au delà de la religion, de la politique ou de l'économie.

    Toujours d'après Cooper, entre janvier 1947 et décembre 1952, pas moins de 16 objets extra terrestres atterrirent ou se crashèrent dans une zone du désert du Nouveau Mexique. Donnant le chiffre de 65 extra terrestres morts et d'au moins un vivant.

    Dans un premier temps, ce secret fut exclusivement gardé par les services secrets de l'aviation et de la CIA, constituée en 1947 expressément pour s'occuper de ces affaires.

    De la même façon, le Conseil National de Sécurité composé des chefs du Pentagone, de l'Intérieur, des services secrets, du président et du vice-président dont on a tant parlé à propos du 11 septembre, se constitua aussi pour traiter du sujet extra terrestre. Quelques variantes dans les statuts permirent à la CIA, n'ayant en principe de pouvoir qu'en matière d'espionnage, de participer à la dissimulation et à la compilation de données dans les limites de l'état nord américain. (Tout indique que les Conseils de Sécurité Nationale de chacun des pays sont chargés de maintenir ce secret).

    Une série de directives du Conseil National de Sécurité (NSC) augmentèrent les compétences de la CIA jusqu'à ce que les documents NSC10/1 et NSC10/2 « légalisent des pratiques illégales et des procédures interdites, commanditées seulement par les dirigeants de la Sécurité Nationale »

    Au moyen du même décret, un département fut créé pour la supervision de projets secrets, auxquels furent ajoutés le terme « extra terrestre ».

    Toute cette bureaucratie finit enfin par éloigner les services secrets de la sphère présidentielle, ce qui permettrait, en cas de dénonciation, d'argumenter que personne n'était au courant de ces affaires.

    Steven Greer, coordinateur du Disclosure Project (Projet Révélation (NDLT)) pour la mise en lumière de ce matériel secret corrobore avoir eu des conversations avec l'ex chef de la CIA, William Colby, qui confessa que lui-même en tant que président ignorait tout de cette information.

    Pendant l'année 1948, un groupe de scientifiques formant, par ordre du gouvernement, le projet Grudje, eut pour objectif l'étude du phénomène et dans le même temps celui d'élaborer une stratégie de désinformation sur ce même sujet, constituant le fameux Livre Bleu.

    Bill Cooper, ex agent de la NSA ayant révélé cette information au monde étudia le fameux rapport avec son collègue, Bill English. Selon ce dernier, à cette époque les Blue Teams, plus tard appelés Alpha Teams, s'y conformèrent et eurent la responsabilité de cacher les génies volants, et le cas échéant les extra terrestres morts.

    A partir de là, le gouvernement secret états-unien commença ses investigations autour de la technologie extra terrestre, à travers un projet baptisé Red Light (lumière rouge) qui se termina par la mise en place de Dreamland, mieux connue sous le nom de Zone 51, et dont la garde incombait au Ministère de la Marine, par ordre direct du président bien que celui-ci n'ait jamais pu la visiter. A cette même époque des fonds militaires furent détournés pour la construction des ces bases souterraines, sous le faux prétexte de construire des abris anti-atomiques. Jusqu'à maintenant, elles sont toujours restées secrètes, bien que l'on puisse supposer qu'elles furent le lieu où Dick Cheney se réfugia durant les attentats du 11 septembre.

    La trame d'accès à ces fonds est extrêmement compliquée, mais des hommes comme Cooper ou Casbolt prétendent que l'argent de la drogue est une des sources de financement.

    Au fil du temps, Nelson Rockefeller changea de poste, il prit la charge de Responsable de missions spéciales pour la guerre froide. Le même poste qui serait plus tard occupé par son dauphin, Henry Kissinger, et qui de fait impliquerait la prise de commandement des opérations spéciales et secrètes des Etats-Unis, ainsi que la prise d'un siège au cabinet et au Conseil de Sécurité Nationale.

    En 1955 Rockefeller fut nommé responsable du groupe de planification , un département créé par le Conseil de Sécurité Nationale (NSC5412/2) également connu sous l'appellation 5412 ou Groupe Spécial , autorisant les opérations secrètes.

    D'après Cooper, les présidents Carter, Reagan et JFK cherchèrent à connaître ce secret mais ils en furent empêchés.

    Dans les faits, à la fin des années quarante, fut formé un gouvernement secret composé de scientifiques aux Etats-Unis et n'ayant aucune raison d'informer le président de ses affaires.

    Quatre ans après seulement le MJ-12 fut constitué.

    Le ministre de la Défense de l'époque, James Forrestal, fut le seul à s'opposer à la grande conspiration commençant à se tisser durant ces années; à cela, le président Truman lui répondit qu'il ne réussirait pas à découvrir le pot aux roses.

    Homme de grande conviction religieuse, Forrestal, n'en tint pas compte et se retrouva quelques mois plus tard dans un hôpital de la marine, souffrant d'une dépression nerveuse.

    Le 22 mai 1949, des agents de la CIA nouèrent un coin de drap autour de la tête de Forrestal, puis le poussèrent par la fenêtre de sa chambre d'hôpital, le drap se rompit et l'ex ministre s'écrasa contre le sol et mourut.

    Forrestal fut le premier d'une liste de dizaines de personnes assassinées pour avoir tenté de dévoiler ces choses cachées, parmi lesquelles on peut rajouter celle de John Fitzgerald Kennedy avec sa maîtresse Marilyn Monroe.

    En effet, un document déclassifié, datant du 3 août 1962 et dans lequel apparaît le nom de Jim Angleton, fondateur de la CIA, révéla que Marilyn Monroe était sur écoute et que plusieurs de ses amis étaient des confidents des services secrets.

    Ce document fait allusion à une conversation téléphonique entre Marilyn Monroe et l'une de ses amies, au sujet d'une base secrète en rapport avec la Zone 51. L'échange téléphonique révèle que Marilyn ayant été méprisée par le président Kennedy les dernières semaines, « serait capable, par dépit, de tout aller raconter à la presse ».

    Le jour suivant on apprit que Marilyn était morte des suites supposées d'une overdose de barbituriques.

    Un an plus tard, JFK était assassiné. Ce jour là, le discours qui aurait été retrouvé dans sa poche allait dans le sens de la révélation de l'existence extra terrestre.



    Les données reprises par le Disclosure Project provenant des déclarations de 400 personnes, allant de militaires à des agents des Services Secrets des USA, de la NASA et des fonctionnaires comme le sergent Clifford Stone, le commandant Bob Dean, le colonel Phil Corso et le scientifique Michael Wolf, prouvent l'existence d'un gouvernement secret s'opposant à toutes ces affaires.

    En 2001, le docteur Steven Greer lance le Projet Déclassification pour lequel il parvient à réunir 400 personnes de toutes les armées Nord Américaine, de la NASA, des services secrets, et des fournisseurs de l'armée dans toutes les branches.

    La première conférence, désormais mythique et ayant fait l'objet de lourdes censures par tous les moyens, met sur la table l'existence d'un gouvernement secret ayant occulté cette réalité aux êtres humains et entraînant une implication décisive sur leur mode de vie. Il n'est pas surprenant qu'à travers la censure du phénomène extra terrestre aient également été occultées les nombreuses façons d'obtenir de l'énergie ; de découvrir d'autres modes de navigation dans l'espace qui changeraient notre façon de voyager ; de moyens qui permettraient d'éliminer la pollution, et initieraient de nouvelles façon de vivre sur Terre. Il est possible d'accéder à toutes ces informations sur Internet.... Si toutefois, la censure n'est pas encore passée par là !

    Alfred Webre, conseiller du président Carter sur ces questions, présenta il y a quelques années le projet de la décennie du premier contact, une période de dix ans pour préparer les êtres humains de la Terre aux bienfaits d'une éventuelle rencontre avec d'autres civilisations.

    Le premier acte de cette révélation consisterait en la réouverture des archives secrètes de chaque pays, ce qui est déjà le cas en Grande Bretagne, en France, au Brésil et en Russie.

    Le second acte serait l'apparition graduelle de vaisseaux extra terrestres, préparant l'humanité au grand moment tant attendu.

    La date 2012 marque le début d'une nouvelle Ere pour l'Humanité qui rejoindra la communauté galactique. Ceci explique pourquoi cette information est en train de se divulguer aujourd'hui.


  • Contacts Vénusiens

    adamski.jpg

    Au sein de ce système étonnant, "l'étoile" du Berger, Vénus, que certains ésotéristes ont décrite comme la planète jumelle de la Terre, occupe une place toute particulière.


    Voici quelques unes des étonnantes révélations de José Frendelvel à son sujet et au sujet de ses habitants.

    « Si nous pouvions nous approcher de Vénus pour observer de plus près sa nature, que découvririons-nous ? Depuis quelques décennies, l'activité spatiale a permis de décrire un peu sa nature physique grâce aux sondes qui se sont aventurées dans son voisinage et ou se sont posées sur son sol. Les porte-parole de ces missions d'exploration nous ont parlé d'un environnement particulièrement inhospitalier, d'un air surchargé de gaz carbonique, d'une pression barométrique infernale, d'une chaleur torride de plusieurs centaines de degrés à sa surface ainsi que d'une atmosphère hébergeant d'épais nuages opaques et chargés d'acides sulfuriques. Bref, un astre ne permettant absolument pas de générer ni d'abriter la vie, un astre qui ne donne pas le moins du monde envie d'aller y faire une petite excursion dominicale ou d'y installer un club de vacances.

    Pourtant en 1989, un dossier a été déclassifié de l'autre côté de l'Atlantique et ceci dans la plus grande discrétion, car quinze ans plus tard, ce document est encore pratiquement inconnu du public. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce dossier rapporte de nombreux contacts avec des êtres de la planète Vénus ! Il raconte comment ces êtres de Vénus sont venus et continuent à venir sur la Terre pour y rencontrer des hommes, choisissant de s'adresser parfois à d'humbles citoyens, parfois à des scientifiques et parfois à de hauts responsables de notre société. Ce rapport raconte entre autres la rencontre inopinée entre l'un de ces êtres et le président américain Eisenhower.

    Nous voilà face à deux informations apparemment incompatibles. Deux approches de la planète Vénus complètement antagonistes. D'une part celle de la science terrestre avec ses sondes spatiales et le sérieux qu'on lui attribue généralement ; d'autre part celle d'un rapport quasiment inconnu qui soutient l'existence d'une civilisation sur Vénus et des contacts cachés.

    Face à un tel paradoxe, la réaction habituelle est de faire confiance à la science et de bien vite oublier une version si déphasée de la réalité spatiale. Ainsi nous pouvons continuer de dormir tranquilles. Mais notre objectif n'est pas de pouvoir continuer à dormir sur nos deux oreilles. Il est de connaître la vérité !

    Et si les hiérarchies scientifiques en qui nous faisons une confiance sans borne, nous avaient menti ! Le plus grand mensonge de tous les temps pour nous cacher le fait que nous ne sommes pas seuls dans notre système solaire ?

    Une telle éventualité de vie sur Vénus entraînerait une véritable révolution des consciences. Avoir cru depuis bien longtemps que le système solaire est un désert avec une seule oasis - la Terre - et puis soudain un rapport nous annonce que nos frères de l'espace sont là, à deux pas sur la planète voisine, qu'ils nous tendent la main et attendent discrètement en toute patience que les feux verts s'allument dans nos consciences !

    Bien que ce rapport parle essentiellement d'événements s'étant déroulés dans la période postérieure à la seconde guerre mondiale, le contenu se recoupe avec l'une des prophéties d'un éminent médium, le futur pape Jean XXIII. En 1935, celui-ci révélait l'une de ses visions en ces termes : « Les signes sont de plus en plus nombreux. Les lumières dans le ciel apparaîtront rouges, bleues, vertes, rapidement. Quelqu'un vient de très loin et veut rencontrer les gens de la Terre. Des rendez-vous ont déjà eu lieu. Mais ceux qui ont vraiment vu se sont tus. » Jean XXIII, 1935.

    La civilisation vénusienne, telle qu'elle est décrite dans ce dossier, semble avoir résolu tous les problèmes relationnels particulièrement négatifs que nous connaissons sur Terre comme les guerres, la criminalité et les agressions en tous genres. Non pas en les mettant hors la loi par une quelconque force policière, mais en développant collectivement des valeurs plus pacifiques basées sur le respect, la compréhension et l'Amour. Par leurs contacts réitérés avec des personnalités terrestres, ils sont venus nous proposer une assistance pour nous aider à résoudre nos problèmes de plus en plus critiques de société et d'environnement. La condition qu'ils posaient à cet appui humanitaire et technologique était d'abandonner nos armes de destruction massive et de faire le choix délibéré de nous engager comme eux dans une voie pacifique. Ces conditions ont été jugées irrecevables par les grands dirigeants de notre monde et l'offre des Vénusiens est restée à l'état de proposition.

    Au début des années cinquante, un dénommé George Adamski a défrayé la chronique un peu partout dans le monde. Ce résident californien d'origine polonaise racontait dans ses livres, dans ses conférences et dans ses interviews journalistiques, ses prodigieuses rencontres avec des êtres de la planète Vénus. Cf. notre page George Adamski rencontre avec les Venusiens Ses récits étaient étayés par la présentation d'extraordinaires photographies de vaisseaux en forme de soucoupes ou de cigares volants. Adamski racontait qu'il avait vécu plusieurs rencontres avec des Vénusiens et qu'à quelques reprises, il avait eu l'immense privilège de pouvoir les accompagner à bord de leurs engins pour un petit tour dans l'espace. C'est pour cette raison que certains journalistes ignorants l'ont ensuite ironiquement baptisé "le premier homme de l'espace".

    Adamski a décrit certains phénomènes inhérents au voisinage de la Terre, signalant notamment la présence de petites apparitions lumineuses évoquant des lucioles se déplaçant dans l'obscurité, ainsi que l'existence d'une zone de radiations autour de la planète (identifiée des années plus tard sous le nom d'ionosphère). Ces éléments inconnus à l'époque, se sont vérifiés dès que les premiers satellites artificiels ont commencé à circuler en orbite terrestre. Au-delà de l'atmosphère, les premiers astronautes ont effectivement décrit la présence de sortes de peti¬tes "lucioles" lumineuses, puis des sondes ont découvert des anneaux de radiations autour de la Terre auxquels on a donné le nom de ceintures de Van Allen. Comme pour tout ce qui touche au phénomène extraterrestre, George Adamski fut énormément critiqué, accusé de falsification et traité de fou, surtout dans son propre pays, aux États-Unis.

    Note : Les premières observations de ces lucioles spatiales ont étonné les astronautes et inquiété le gouvernement américain. La NASA a tenté de "régler" le problème en annonçant que ces prétendues "lucioles" n'étaient en réalité que les particules de glace formées par la condensation des rejets d'eau émis par les capsules spatiales. Cette explication invraisemblable n'a heureusement pas convaincu tout le monde !

    Le rapport, dont nous citerons ci-dessous quelques extraits, parle en ces termes de George Adamski : « En novembre 1952, les médias internationaux ont fait écho aux révélations de George Adamski, et une grande partie du public a cru qu'un contact historique avait réellement été réalisé avec une autre planète. Des photos nettes ont été publiées dans de nombreux journaux et magazines et Adamski a été traité comme un héros lors de ses voyages dans les capitales étrangères où de nombreux leaders mondiaux l'ont accueilli.... Tel n'a cependant pas été le cas dans la capitale des États-Unis ni aux Nations Unies.

    Incapable d'apporter les preuves d'un canular, le Pentagone a simplement manié le discours facile en traitant Adamski de menteur sans aucun élément pour justifier cette accusation. Plus d'un spécialiste a alors certifié qu'avec un peu de chance, Adamski aurait pu rétablir lui-même la vérité auprès de la Cour Suprême. Mais ce dernier semblait plutôt amusé par le manque d'argumentation de ses détracteurs.

    Par la suite, dans les années soixante-dix, l'Air Force a déclaré à la presse qu'Adamski avait photographié et filmé le couvercle d'un refroidisseur de bouteille de fabrication anglaise. Cela a fait la une de la presse internationale. Mais l'homme qui a inventé ce dit refroidisseur de bouteilles a indiqué que celui-ci n'existait pas en 1952 et n'avait été inventé qu'en 1959 ! Cependant les journaux concernés n'ont publié cette précision que dans de minuscules colonnes soigneusement isolées au milieu de leurs publicités. »

    Néanmoins, malgré le terrible discrédit public que les pouvoirs publics américains ont tenté de jeter sur cet homme hors du commun, George Adamski fut enterré à Arlington, le cimetière national des grands héros américains. En dépit des attaques virulentes et injustifiées qui lui ont été infli¬gées de son vivant, son inhumation discrète à Arlington révèle la reconnaissance et le respect secret que lui témoignaient certains hauts responsables américains.

    Aujourd'hui encore, le simple fait d'évoquer le nom d'Adamski ou de lui attribuer ne serait ce qu'un soupçon de crédibilité, provoque généralement l'incompréhension ou la dérision, et parfois même des réactions virulentes.

    L'existence de cet extraordinaire rapport longtemps classifié Top Secret par le gouvernement canadien et dont il a déjà été question, tend cependant à réduire à néant toutes les observations et supputations émises par ses détracteurs.

    En voici quelques extraits.
    Des scientifiques canadiens contactent Vénus

    En janvier 1972, le Département des Affaires Interplanétaires fut créé dans un objectif de recherche et d'investigation scientifique des OVNI, ainsi que pour tenter de contacter, si possible, des occupants d'OVNI. Des dossiers importants sur des rapports d'observations, d'atterrissages d'OVNI et de contacts avec leurs équipages furent aussitôt accumulés. Nous nous aperçûmes que de nombreux chercheurs ufologues souhaitaient obtenir nos rapports et commençâmes à échanger avec eux des informations.

    Nous fûmes surpris de voir un jour arriver à notre bureau des anciens officiels du gouvernement secret et des agences des services de renseignements militaires qui nous offraient d'échanger « les informations qu'ils détenaient » en échange de ce que nous savions. La plupart de ces informations étaient classées Top Secret et au-delà. Elles mettaient en avant l'existence d'un secret gouvernemental et militaire concernant les OVNI.

    Ce qui nous étonna le plus est que les témoins cités dans ces dossiers racontaient tous les mêmes détails ahurissants. Qu'ils viennent de la NASA, qu'ils soient des scientifiques civils accrédités par le gouvernement, des pilotes militaires, des agents des services secrets, ou des Nations Unies, il n'y avait aucune contradiction dans leurs rapports à propos de bases aliens sur la Terre, sur d'autres planètes, de soucoupes volantes crashées et récupérées avec des occupants, et de contacts secrets entre Aliens et gouvernement américain.

    Par ailleurs, nos informateurs déclaraient souhaiter rester anonymes à cause de menaces d'assassinat, d'amendes, de procès, ou de disparitions mystérieuses. Certains nous affirmaient que nous pourrions avoir de gros ennuis si nous informions le grand public de ce qui nous avait été révélé !

    Au début des années cinquante, le gouvernement canadien avait mis en place le Magnet Project [Projet Aimant] pour l'étude des OVNI. Le directeur de ce projet, Wilburt B. Smith, a par la suite écrit qu'un offi¬ciel très haut placé du Pentagone US avait révélé que les OVNI étaient le plus grand secret qu'ils détenaient, bien plus grand que celui de la bombe H (l'arme ultime de l'époque). Il nous a été possible d'obtenir une copie de la recherche de Wilburt B. Smith sur le Project Magnet. Cette recherche était si déconcertante que Smith aurait pu vraisemblablement être assassiné s'il la publiait. Aussi est-elle restée indisponible jusqu'à sa mort.

    Le Projet Magnet a pu fonctionner grâce à une équipe de scientifiques canadiens qui avaient continué à travailler sur les inventions de Nikola Tesla, l'un des plus éminents scientifiques du début du XXème siècle. Tesla, inventeur du courant électrique alternatif/continu, co-inventeur du radar et de nombreuses technologies militaires, fut l'auteur de centaines d'autres inventions tout aussi extraordinaires, la plupart ayant été brevetées. Il avait déjà déclaré de son vivant à certains de ses associés et amis qu'il avait inventé un système de communication interplanétaire grâce à des idées qui lui avaient été transmises par des Vénusiens.

    Le Projet Magnet a pris Tesla au sérieux. Ce rapport détaille un site expérimental ultrasecret construit par le gouvernement canadien et conçu pour des atterrissages d'OVNI. L'ex-ministre de la défense canadienne, Paul Hellyear, a admis plus tard publiquement que ce projet a bel et bien existé. Cependant, il n'a pas mentionné ce que Smith a rapporté. Le projet a en fait permis de détecter un ONVI réel et d'entrer en contact avec ses pilotes qui disaient venir de Vénus. Arthur Matthews, qui fut à une époque l'assistant scientifique le plus proche de Tesla, était impliqué dans ce contact.

    Le Projet Magnet rapporte par ailleurs qu'alors que Matthews était en train de parachever certaines inventions inachevées de Tesla, les Vénusiens l'ont aidé à finaliser ces travaux. Le rapport mentionne également d'autres inventions transmises par les Vénusiens au Docteur Matthews. Elles ont toutes été testées et ont toutes fonctionné à la perfection.

    Les Vénusiens se sentaient sérieusement concernés par la dégradation de notre environnement ainsi que par les dangers liés à l'utilisation des énergies fossiles et aux essais nucléaires. Ils ont alerté le gouvernement américain pour tenter de le convaincre de mettre un terme à ces pratiques. Ils ont offert des systèmes d'énergie alternative non polluante et pratiquement gratuite que les conseillers du gouvernement, qui se sont enrichis grâce aux milliards de dollars provenant du pétrole, du gaz, du charbon et des indus¬tries de guerre, ont tous rejetés pour "raisons économiques".

    Un beau jour, un vaisseau interplanétaire en provenance de Vénus est descendu au-dessus du labo¬ratoire scientifique ; l'alarme de détection Tesla a retenti, puis l'atterrissage a eu lieu. Arthur Matthews est sorti pour regarder cet incroyable vaisseau spatial. Deux êtres sont sortis à l'extérieur du vaisseau et se sont dirigés vers le scientifique. Il a noté qu'ils avaient une taille d'environ 1,80 m. Il pouvait discerner leurs cheveux dorés et leurs yeux bleus lumineux dans la clarté des étoiles. Il émanait d'eux une aura de bonheur et de santé parfaite. Il pouvait ressentir une vibration irrésistible de bonté en provenance de ces Vénusiens.

    Les hommes de l'espace ont alors dit à Matthews qu'ils venaient jeter un coup d'oil sur la machine à rayons cosmiques de Tesla dont il était en train de poursuivre le développement. Après un dialogue de nature scientifique, Matthews a accepté de visiter leur vaisseau. Il était entouré d'un anneau métallique distant d'environ 6 mètres du corps central métallique et qui n'était connecté à la carlingue du vaisseau par aucun système visi¬ble, mais plutôt par magnétisme. Ce vaisseau mesurait environ 210 mètres de diamètre et 90 mètres de hauteur. Il n'y avait aucun système de contrôle visible dans la salle de commandes. Au centre se trouvait une grande plate-forme circulaire avec une zone équipée de sièges. Quatre Vénusiens y étaient assis, le dos tourné au centre et la face orientée respectivement au nord, au sud, à l'est et à l'ouest.

    Ces pilotes avaient été spécialement choisis pour leur puissance de pénétration spirituelle sur la matière et ils faisaient fonctionner le vaisseau par transmission télépathique, en projetant les ondes de leur cer¬veau dans l'ordinateur qui régit ses commandes.

    Deux de ces pilotes étaient des femmes. Il a rencontré une vénusienne d'une beauté sans âge, qui avait de longs cheveux dorés, une belle peau bronzée, un extraordinaire visage émanant une paix intérieure indescriptible et un bonheur suprême. De ses yeux bleus saphir semblait jaillir une sagesse cosmique. Grâce à elle, il a beaucoup appris à propos de la vie sur Vénus.
    Notons au passage que ces informations ne proviennent ni d'un halluciné aux yeux hagards, ni d'un fanatique ou d'un membre d'une secte, ni d'un dépravé, d'un ivrogne ou d'un drogué. Ce rapport a été écrit de la main de l'un des plus grands scientifiques que le XXème siècle ait connus, Wilburt B. Smith, qui était le directeur du Projet Magnet, le comité d'étude scientifique des OVNI du gouvernement canadien. Cet éminent scientifique était extrêmement respecté, crédité de nombreuses inventions technologiques, avait une excellente réputation publique et possédait de prestigieux diplômes, prix et brevets d'inventions. On peut dire que Smith était le plus grand scientifique canadien de son temps, tout comme on peut dire que Tesla et Einstein furent les deux plus grands scientifiques de leur époque, au regard de l'évidence des inventions brevetées.

    Notons également que les informations sur Vénus et son peuple qui ont été consignées dans ce rapport, ne contredisent en aucune façon les détails que nous avons obtenus à partir de sources totalement différentes.


    Description de Vénus

    Le scientifique canadien a ensuite fait une excursion sur la planète Vénus. Il s'est retrouvé debout près de grands piliers de basalte parfaitement polis. Une chute d'eau gigantesque s'écoulait d'une falaise noire d'ébène de plusieurs centaines de mètres de hauteur. Les rives étaient bordées d'une eau écumante mais limpide, alors que le lac central donnait l'impression d'une masse parfaitement lisse évoquant un dôme de verre multicolore. Ce n'était pas de l'eau telle que nous la connaissons, car des reflets de lumière de toutes les couleurs imaginables irisaient la surface de ce dôme aquatique. Elles s'y mélangeaient en paillettes vertes, roses et violettes, le transformant en un splendide arc-en-ciel. Ce décorum menait à une vaste étendue d'herbe verte émeraude, parsemée ici et là de palmiers merveilleux aux feuilles miroitantes de gouttes d'eau étincelantes comme des diamants.

    Dans le ciel vénusien, au-dessus de la chute d'eau, apparaissait une énorme boule de cristal transparente. Elle ressemblait à une gigantesque bulle de savon aux couleurs d'arc-en-ciel. Autour de la partie centrale du vaisseau, il y avait une bande de métal doré et aux pôles, comme des projections d'or. Des fenêtres étaient disposées le long de cette bande dorée.
    La campagne qui s'étendait aux alentours avait l'apparence d'un vaste et joli parc. Une montagne coiffée de neige s'élevait au loin et une grande rivière s'étirait dans l'arrière-plan. Plus tard, Matthews est entré dans une cité vénusienne. Les bâtiments avaient des toits ellipsoïdaux en prismes de cristal ; ils reposaient sur des piliers circulaires en marbre en forme de colonnades. Un paradis de végétation luxuriante entourait les constructions. Les maisons de cristal étaient surplombées de vaisseaux transparents aux reflets multicolores. Surplombant les colonnes de basalte, des groupes de Vénusiens se tenaient gracieusement sur des falaises longeant une rivière majestueuse.

    Un dôme de cristal, également en forme de prisme, servait de lieu de réunion, d'assemblée aux Vénusiens. Une vaste avenue bordée de palmiers majestueux menait au grand hall, un immense amphithéâtre entouré de gradins et de sièges de marbre. Un lac circulaire aux reflets arc-en-ciel y était comme suspendu en l'air, de sorte que l'on pouvait marcher en dessous ! Dans ce « Palais de la Vérité » - c'est le nom que les Vénusiens ont donné à ce grandiose édifice - Ils lui ont expliqué comment ils avaient transformé leur planète en un paradis bucolique où règne l'abondance, où le climat est contrôlé, et où les désastres naturels sont exclus, de sorte qu'ils y mènent une vie de paix et de prospérité.

    L'intérieur des vaisseaux était divisé en différents niveaux. Le niveau inférieur contenait 24 vaisseaux éclaireurs, des véhicules de surface et des équipements. Le second niveau renfermait des jardins, des salles de séjour, des zones de loisirs, des aires d'études, ainsi qu'un hall de réunion. Le plancher était couvert d'une sorte de substance souple, comme du plastique, tandis que les murs étaient ornés de splendides tableaux. Les Vénusiens font pousser des fruits et des légumes frais à l'intérieur de leurs vaisseaux en utilisant l'énergie solaire. Les parois transparentes permettent à leurs occupants d'avoir une vue de l'espace à 360°.


    L'armée et le secret de l'atterrissage d'un vaisseau vénusien à Oahu.
    En 1972, il y a eu des centaines de rapports signalant des vaisseaux survolant Hawaï au-dessus de la région de Maui, des atterrissages dans les zones reculées de l'île, ainsi que quelques contacts. Nous avons mis en place un bureau du Département des Affaires Interplanétaires à Lahaina pour étudier ces rapports et tenter de contacter ces visiteurs. Notre objectif était d'avoir accès à de l'information avancée afin de résoudre les problèmes mondiaux et de définir des critères permettant à l'humanité d'évoluer dans de meilleures conditions. Plusieurs témoins ont rapporté avoir vu des vaisseaux en forme de soucoupe avec des dômes et des hublots, similaires aux photos d'OVNI supposés être de type vénusien, qui avaient été prises par différentes personnes en Angleterre et en Amérique. Nous avons ainsi acquis la conviction que ces photos figurant dans nos dossiers n'étaient pas truquées.

    D'autres témoins ont rapporté avoir vu un vaisseau en forme de cigare allongé larguant une soucoupe au-dessus du cratère Haleaka et stationnant ensuite au-dessus d'autres régions d'Hawaï, ce qui corrobore les descriptions qui nous ont été transmises par Omnec Onec.

    Cette année-là, nous avons reçu certaines informations incroyables du Sergent Willard Wannall, qui a enquêté sur les OVNI dans les années cinquante, alors qu'il servait dans les services de renseignements de l'armée à Oahu. Il affirme avoir eu connaissance du secret officiel OVNI détenu par le gouvernement américain, qui concerne notamment des visiteurs de Vénus. Nous avons rencontré cet homme deux fois et échangé avec lui des informations sur les recherches OVNI et E.T. de l'armée américaine. Il nous a mis en garde, dressé une impressionnante liste d'hommes et de femmes qui ont tous été assassinés ou réduits au silence, d'une manière ou d'une autre, par les autorités militaires, pour avoir trop parlé au sujet de l'activité OVNI secrète. Il nous a semblé passablement dépressif, suite aux harassements répétés de l'armée dont il a été victime. Wannall semblait vraiment hésiter à présenter publiquement les stupéfiants résultats des ses investigations ; il nous a prévenus de faire attention à nous.

    Wannall a raconté comment, par deux fois, il avait été contacté et emmené à bord d'un vaisseau après qu'il ait atterri dans une zone boisée reculées à Oahu. À la suite de l'un de ces contacts qu'il a détaillés dans un long rapport qui figure parmi mes dossiers, Wannall a établi qu'il avait été emmené à Retz, la cité capitale de Vénus, à des fins d'enseignements. Il a rapporté qu'il avait atterri dans un Centre-Énergie situé sur la surface de la planète dans une structure qui comporte de nombreuses pièces, dont la plupart sont circulaires. Cet édifice constitue, selon lui, la partie centrale d'une métropole lumineuse et chatoyante, composée de bâtiments en forme de dôme disposés en cercles concentriques.

     

     


    L'aspect translucide des bâtiments et l'agréable effet de transparence colorée qui s'en dégage proviendrait d'un procédé d'isolation de l'énergie-lumière, permettant de l'ajuster au taux vibratoire de chaque zone spécifique. Le matériau radiant qui en résulte donne l'impression que le bâtiment est en perpétuel mouvement, bien qu'il soit solide au toucher. Ces bâtiments ne peuvent être "détruits" que par impulsion d'une forme-pensée induisant une modification de la relativité du temps au sein de la fréquence vibratoire qui maintient leur cohésion, ce qui libère leur énergie qui retourne alors se fondre dans l'Océan Cosmique.

    La plupart des objets sur Vénus sont amenés sur le plan de la manifestation par ce procédé. Wannall a décrit en détail les très belles peintures qui ornent les murs intérieurs. Ce sont principalement des paysages, avec des entrelacements de nuances inconnues sur la Terre et particulièrement lumineuses. Il a constaté une profusion de fleurs merveilleuses aux senteurs particulièrement agréables et dit avoir été particulièrement touché par la beauté des musiques qu'il lui a été donné d'entendre. Les Vénusiens et Vénusiennes qui étaient là portaient des sortes de longues tuniques amples et seyantes ; ils ne semblaient pas très différents des humains de la Terre mais dégageaient par contre une impression agréable d'harmonie.

    On nous a également montré des photos incroyablement nettes et détaillées d'énormes vaisseaux argentés au-delà de notre atmosphère. Farida Iskiovet, qui enquêtait alors sur les OVNI pour le président de l'Assemblée Générale des Nations unies, m'a dit que l'expérience de Wannall était vraie.

    En 1973 nous avons rencontré le docteur Frank Stranges, directeur du Comité National d'Enquête sur les Objets Volants Non-Identifiés, qui était également un membre de notre Département des Affaires Interplanétaires. Il a rapporté des détails sur la manière dont il avait été contacté au Pentagone en 1959 par un diplomate vénusien, Val Thor, qui avait atterri avec un vaisseau à l'extérieur de Washington pour rencontrer le Président Eisenhower.

     

     

     

    Le Vénusien Val Thor

    Ultérieurement, le Dr. Stranges a déclaré qu'il y avait eu plus tard une rencontre avec feu le sénateur Robert Kennedy. Farida Iskiovet était totalement convaincue de la réalité de Val Thor et de ces contacts.


    Un Vénusien à Maui - Les Xiens

    En 1972, le département des Affaires Interplanétaires a reçu un livre rare et aujourd'hui introuvable intitulé "the venusian secret Science" [la Science secrète vénusienne], qui décrivait les sciences cosmiques de Vénus, l'aspect de leur planète, leur système de culture et croyances, leur apparence et habillement, ainsi que leur mission sur notre planète. La plupart de l'information était si différente de tout ce qu'on nous avions jamais lu jusque-là, que cela nous a impressionnés et persuadés qu'il s'agissait de données ufologiques authentiques et étonnamment originales. Plus tard, nous avons comparé cette connaissance avec les informations transmises par Omnec Onec, la femme vénusienne (Cf. notre page : 1954 La Vénusienne Omnec Onec arrive sur Terre), ainsi qu'avec le rapport canadien du Projet Magnet et les informationss du sergent Willard Wannall. Au total, nous avons relevé un grand nombre de similarités mais aucune contradiction !

    La méthode de communication interplanétaire implique l'utilisation d'un cristal appelé "Telolith", une forme de télépathie pour les communications interdimensionnelles nommée télé-pensée, ainsi qu'un symbole vénusien que nous avions brodé sur nos vêtements (Nous l'avons d'ailleurs peint dans nos bureaux et sur le toit de notre voiture). Plusieurs membres de l'agence "Xian International", qui gère le Département des Affaires Interplanétaires, ont rapporté avoir vu des objets volants qu'ils ont pensé être des vaisseaux ; certains ont même eu des contacts télépathiques.
    "The venusian secret Science" a été écrit par Michael Barton de Californie. Cet auteur a rapporté que l'information provenait d'un vaisseau vénusien avec lequel il aurait eu un contact dans les années cinquante au milieu des collines derrière Santa-Barbara. Il a décrit le pilote comme étant de grande taille et portant un uniforme d'une pièce unique :

    « Son visage était celui d'un homme extraordinairement intelligent, rayonnant une force masculine et un air décidé, mais qui exprimait aussi une qualité de paix intérieure, une bienveillance et de la compassion. Le vénusien avait de longs cheveux dorés, des yeux bleus clairs qui brillaient comme des bijoux précieux et sa peau était agréablement bronzée. Il reflétait la santé parfaite. La profondeur du regard du vénusien donnait à Barton l'impression de regarder dans un océan profond et d'y voir l'univers entier.

    Une belle femme vénusienne est alors sortie du vaisseau. Elle avait de longs cheveux blonds dorés, une belle peau bronzée et des yeux violets qui semblaient projeter des éclats d'or. Sa silhouette était joliment proportionnée et elle portait une ceinture dorée autour de la taille. Ses chaussures étaient d'une matière souple, tressée et dorée. »

    Ce récit m'a rappelé les anciens hiéroglyphes du Temple du Soleil, à Tiahuanaco dans les Andes, décrivant comment un vaisseau doré en provenance de Vénus avait atterri là dans des temps reculés. Ces glyphes expliquent comment une belle femme vénusienne, Oréjona, sortit alors du vaisseau et enseigna aux anciens les bases de l'agriculture ainsi que le savoir-faire pour démarrer une civilisation.

    Selon les écrits laissés par les Babyloniens, les Sumériens, les Égyptiens, les Phéniciens, les Chaldéens, les Mayas, les Aztèques, les Ariens, les Assyriens, tout comme les habitants de l'ancienne Inde et du Tibet, les Vénusiens sont venus sur Terre dans les temps anciens pour enseigner aux humains l'agriculture, le tissage, l'exploitation minière, l'architecture et bien d'autres activités encore. Pourquoi ne croirions-nous pas en ces anciens textes ?

    Barton a rapporté que les Vénusiens qu'il a rencontrés portaient tous le même symbole sur leurs combinaisons spatiales, le symbole des communications interplanétaires que les Xiens utilisent maintenant pour essayer de contacter les êtres de l'espace.

    J'ai décidé à mon tour de faire imprimer ce symbole sur un tee-shirt et d'utiliser les cristaux Telolith ainsi que la télépathie télé-pensée pour tenter d'entrer en contact avec les Vénusiens. Au début j'étais très sceptique. Cependant, très rapidement, j'ai commencé à voir des OVNI que je n'ai pas pu identifier.

    Un matin de bonne heure à Lahaina, après une nuit presque blanche passée à lire "the venusian secret Science", et alors que j'étais assis seul sur un banc au bord de la mer, un mystérieux étranger s'est approché lentement et s'est assis juste à côté de moi. Il est resté assis durant plusieurs minutes sans mot dire. J'ai commencé à me sentir un peu mal à l'aise, puis je me suis tourné pour le regarder. Il avait des cheveux blonds mi-longs avec une peau dorée, des yeux bleus clairs profonds et il était exceptionnellement beau.

    Je lui ai dit "bonjour" ; il a souri et m'a salué. Je lui ai demandé d'où il était et il a parlé de quelque chose à propos d'un voyage qu'il avait effectué récemment dans les Montagnes Rocheuses où il m'a expliqué avoir séjourné au "Temple Blanc de la Grande Fraternité Blanche". Cette déclaration m'a surpris, parce que cela est supposé être le siège du Gouvernement spirituel cosmique de notre planète, qui est constitué de Maîtres cosmiques et qui agit dans les coulisses pour aider et guider notre destin en tant que race sur Terre. J'ai commencé à me demander si je n'étais pas en présence d'un grand Maître spirituel. Comme s'il avait capté mes pensées, il a souri et m'a dit que non. Il a cependant déclaré avoir été envoyé à Maui par les Maîtres du Temple Blanc, en mission pour se renseigner au sujet des Xiens et nous offrir la possibilité d'une guidance.

    Les Xiens sont un groupement international de personnes qui se considèrent avant tout comme des Terriens, des citoyens de la planète Terre. Ils estiment appartenir à la Terre avant d'appartenir à un pays quel qu'il soit. Les Xiens pensent que notre humanité devrait idéalement former une seule nation en paix au lieu de ces multitudes de nations, de religions, de sys¬tèmes politiques en conflits et en combats perpétuels les uns avec les autres.

    En 1972, les Xiens s'étaient installés à Maui, pensant y préparer l'avènement d'une nouvelle civilisation destinée à unir les hommes et les femmes du monde entier. Le Département des Affaires Interplanétaires était l'un des 14 départements de la Conférence Planétaire Xien et notre mission était de chercher à savoir s'il était possible de contacter des civilisations supérieures d'autres planètes, des civilisations qui auraient résolu elles-mêmes sur leurs propres planètes tous les problèmes que nous connaissons actuellement sur la Terre et qui pourraient nous offrir des conseils, des technologies ainsi que des supports d'évolution.

    Dans les années 70, au moins une douzaine de membres de ce département avaient rapporté qu'ils avaient eu des contacts physiques avec des extraterrestres et reçu différents conseils de leur part. Bien que j'en sois le directeur, je n'avais jusqu'alors pas été contacté. Mais j'étais habitué à recevoir des journalistes et des personnalités qui venaient régulièrement me questionner à propos des Xiens, des OVNI et du Département des Affaires Interplanétaires.

    L'étranger m'a alors demandé de lui expliquer ce que sont les Xiens. Je lui ai dit que nous étions des citoyens de la planète Terre, que nous tentions de nous accorder pour vivre ensemble une vie de paix et de fraternité mondiale en tant que citoyens planétaires. J'ai ajouté que cela m'intéressait de recruter de nouveaux Xiens et je lui ai demandé s'il était intéressé de devenir lui-même un Xien.

    Il a souri à cette question et a répliqué : « Et si je venais d'une autre planète ? »

    Cette réponse m'a ébranlé. Je suis resté silencieux le temps de rassembler mes pensées et de retrouver mon calme. Puis je lui ai demandé s'il était vraiment d'une autre planète et il m'a répondu que oui. Je lui ai ensuite demandé si cela ne le dérangeait pas de me dire de quelle planète il venait et il a m'a répondu : « de Vénus. »

    Je l'ai regardé attentivement et j'ai remarqué qu'il avait exactement l'apparence physique des Vénusiens décrits par Michael Barton, par le Projet Magnet du gouvernement canadien, ainsi que par les témoignages des douzaines d'autres contactés que j'avais lus !

    Il m'a dit qu'il était l'un des nombreux Vénusiens déguisés en humains et agissant incognito en mission sur notre planète. Il a ajouté que sa mission était de se renseigner sur notre Département des Affaires Interplanétaires. Il m'a donné son nom après que j'aie promis de ne le révéler ni de dévoiler son existence à qui que ce soit sans sa permission.

    J'ai décidé de le questionner sur sa connaissance de Vénus. Je l'ai interrogé sur des questions insolites et précises dont j'avais été informé en lisant "the venusian secret Science", un livre - je le répète - extrêmement rare. Il a donné des réponses absolument parfaites à toutes mes questions. Cela m'a étonné ! Ces informations détaillées ne se trouvaient tout simplement pas dans quoique ce soit d'autre que j'aie jamais lu ou vu. Il m'a aussi expliqué de manière circonstanciée les secrets de la propulsion des vaisseaux interplanétaires et des vaisseaux éclaireurs. Son récit corroborait les détails que nous avions obtenus grâce au Projet Magnet et à d'autres sources. Il était réellement fascinant.

    Il m'a indiqué qu'il utilisait le pseudonyme de Rich Evers. Je l'ai présenté aux autres dans notre département et tous ont rapidement acquis la conviction qu'il était bel et bien un Vénusien. On l'a emmené à un congrès sur les OVNI à Lahaina. Durant cette réunion, plusieurs OVNI ont survolé Lahaina.

    À la suite de ce meeting, de nombreuses personnes ont témoigné devant des journalistes qu'ils avaient vu des "vaisseaux". Mon propre père faisait partie de ces témoins.

    Un diplomate de l'Assemblée générale des Nations Unies, Adam Malik, qui étudiait les OVNI pour le compte du président des Nations Unies, est arrivé à Maui et a voulu rencontrer ce Vénusien. J'ai personnellement arrangé un entretien privé dans une maison particulière de Napili où vivait auparavant Maureen Maharry (Elle était autrefois ma secrétaire pour les Affaires Interplanétaires, avant d'être assassinée à Kauai par un agent de la CIA). Les personnes présentes à cette réunion ont observé par la fenêtre un OVNI brillant qui virevoltait.

    Selon Michael Barton, qui affirme avoir été contacté par des Vénusiens dans les années cinquante, la capitale vénusienne a été conçue suivant un modèle cosmique unique qui permet aussi bien aux planètes de tourner autour des soleils qu'aux molécules de s'articuler autour des atomes et aux électrons de vibrer autour des noyaux. Le noyau central est formé de trois ensembles circulaires constitués de dômes de matière cristalline. À partir de ce noyau, huit grandes voies mènent à huit grandes cités. Chacune de ces cités possède quatre voies rayonnant à leur tour vers quatre autres cités et chacune de ces dernières est elle-même le centre d'une structure géométrique de rayons concentriques menant à d'autres cités. Cette structure continue et s'étend jusqu'aux confins de la planète.

     



    Entre les cités se trouvent de grandes forêts, des rivières et des montagnes. Les vallées abritent une végétation luxuriante et toutes les cou¬leurs y sont vives. Ici et là s'élèvent des maisons en forme de dômes faites d'un cristal translucide. Les océans vénu¬siens sont similaires à ceux de la Terre, mais plus petits, plus profonds et de plus belle couleur.
    Les véhicules se déplacent sur de grands axes. Ils sont complètement silencieux et tirent leur puissance de l'énergie solaire. Les voitures solaires sont entourées d'un champ de force électromagnétique qui protège les passagers des collisions, quelle que soit la vitesse. L'atmosphère de Vénus est beaucoup plus chargée en électricité que celle de la Terre. La luminosité y est similaire à celle de nos aurores polaires et produit en permanence les couleurs de l'arc-en-ciel (il est à noter qu'un tableau représentant le village vénusien de Teutonia réalisé par Omnec Onec montre également un ciel aux couleurs d'arc-en-¬ciel).
    La criminalité n'existe pas sur Vénus. Elle est inconcevable pour une race aussi évoluée. Il n'y a pas non plus d'hôpitaux puisque les Vénusiens sont tous en parfaite santé. Les gens passent la plupart de leur temps à l'extérieur et se nourrissent uniquement de fruits et de légumes frais.

     



    Les informations que j'ai reçues personnellement en 1973 de Michael Barton sont, à cet égard, en complète harmonie avec les rapports du sergent Willard Wannall et les révélations d'Omnec Onec, ainsi qu'avec les conclusions du Projet Magnet du gouvernement canadien.

    Omnec Onec a décrit du sable doré sur les plages vénusiennes, des montagnes pourpres et des jardins d'Eden paradisiaques occupant une bonne partie du paysage. D'autres ont décrit des eaux aux couleurs de l'arc-en-ciel et une mer ayant l'apparence de milliards de diamants scintillants....
    Bon nombre de ces effets de paysage ont été créés par les Vénusiens eux-mêmes grâce à leur Science cosmique supérieure ainsi qu'à leur psychisme et leur mental incroyables.



    Il semble qu'une bonne partie de ce qui est sur la surface de Vénus, vibre légèrement au-delà des longueurs d'ondes accessibles à la vision humaine, sur une bande de fréquences interdimensionnelle imperceptible à la majorité des habitants de la Terre. »

     

     

    http://www.les-ovnis.com/rubrique,ces-aliens-les-venusiens,407505.html